iliadelle

13 mars 2019

Périodes intenses

Mon dernier soir d'une quiétude de trois semaines. Trois semaines de sérénité, de calme, de vie normale...
La vie est si simple à gérer loin des distorsions, des projections, des energies négatives, de la maltraitance insidieuse...
Je l'ai complétement oublié pendant cette période. J'ai oublié tout le mal de ce pack d'années passées dans la "mal vie".
Ce soir, il m'a rappelé en m'expédiant son venin de là où il est comme un colis à la poste qui donne un avant goût de mal être.
Je sais que ma vraie vie ne se résume qu'à ces péridoes de respiration intense dans la solitude. C'est pourquoi, je les vis inténsément. Et je vis dans l'attente des prochains.

Posté par iliadelle à 00:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 février 2019

C'est mieux ainsi

La douleur s'est apaisée
La cicatrice est restée
Les commérages ont ravivé la blessure
Et je reste ébahie
Par les mots, par les récits insensés
Depuis le temps, sur personne il fallait compter
Pour me consoler, pour trouver une issue
Erreur qui cependant m'a servie
J'ai placé des trajets me séparant des tarés

Posté par iliadelle à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2019

Le nez dans la vie des autres

Solitude paisible qui dérange
Retrait salvateur qui laisse les curieux face à peu de matière
Pour se délecter, pour savourer une vie personnelle, unique
Ecervelés qui remplissent leur creux interne de leur propre produit
Je demeure loin de ce chaos et je m'enchante de choisir l'esxistence qui m'apaise et repose
Je laisse les tarés à leurs proies inventées

Posté par iliadelle à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2019

Routine

Après l'escapade, le retour et le vide qui s'installe déjà. Une routine '' sécurisante '' se met en place. Elle bloque les ambitions, les changements, les défis...tout ce qui apporte du sel à la vie.
Après la fatigue, le repos pour une remise à niveau corporel mais l'esprit s'active déjà à la recherche d'un vent nouveau. Difficile de stagner quand on a l'âme dans le vent.

Posté par iliadelle à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2019

Escapade

J'ai exercé mon meilleur loisir en partant, en volant, en me déplaçant d'un espace à l'autre et j'ai emmagasiné une panoplie d'images qui ont purifié mon cerveau.
La vie est belle et chaque lieu comprend une empreinte qu'il place en nous...

Posté par iliadelle à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Beaucoup d'émotions

Pour commencer par la fin, je dis que cette journée a été légèrement mouvementée. La peur d'agents extérieurs a créé des rebondissements. Ma nature fait que dans des situations précises, je réagis de manière particulière. Et je suis incomprise dans mes réactions face au danger potentiel. Sans être paranoïaque, je sursaute quand j'ai l'impression de me trouver en danger.
Mes réactions sont humaines et me permettent d'extérioriser mes peurs.

Posté par iliadelle à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2019

Reprendre mon ascension

Chaque fois que je m'éloigne, que je prends de la distance, que je fuis, que je m'envole...je prends conscience que le blocage de mon évolution n'est pas seulement causé par une relation toxique mais aussi par un milieu peu épanouissant, lequel ne permet pas une avancée telle qu'elle soit. Au contraire, ce milieu là tire vers le bas, par sa mentalité, sa vision étroite des choses, son manque d'expérience, de variétés.., L'être est invisible pour eux. Il ne revêt de valeur que par sa poche ou son compte bancaire.
Je ne peux élaborer d'expressions capables de les définir mais mon ressenti ne me trompes pas.
Je rêve d'élire domicile ici pour que à nouveau je reprenne mon essort.

Posté par iliadelle à 23:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2019

Pause et stagnation

Rechercher son identité dans le regard de l'autre, face à l'autre. Produire sa propre ambition dans les projets de l'autre... Est-ce cela la confiance ?
Réaliser que la stagnation a duré huit ans, que le souffle s'est éteint au bout d'un temps. Regretter et continuer l'attente. Et jusqu'à la mort croire à une renaissance.
Évolution d'un côté, arrêt de l'autre, la vie semble s'éteindre chaque soir au souffle d'une bougie.
Quand revivre sachant que les lieux prêtent à l'avortement des rêves ?

Posté par iliadelle à 00:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2019

Hélas pour mon passé !

Sentiments neutres, sensations absentes chaque fois que je me rappelle l'insondable. J'ai pris énormément de recul imposé par le temps qui s'évanouit, par les évènements qui ont changé, moi qui ai évolué. Mais, je reste choquée et en colère après tout ce que j'avais vécu. Je ne sais toujours pas pourquoi j'ai été gratuitement mal traitée. Quand des photos d'autrefois tombent sous mes yeux, un feu ardent s'allume dans mon cœur et je reste abasourdi, ne sachant comment traduire ces ''non'' sentiments qui me secouent. Je n'ai pas mérité ce que j'avais subi avec toute la bonté et la bonne volonté que j'avais. Le pire c'est qu'un mode de traitement normal m'était inconnue. C'est pourquoi je n'avais pas su ni pu repérer ce dont j'étais la cible.
Je suis désolée pour mon être qui a souffert. Je suis désolée pour mon cœur qui a saigné. Je suis désolée pour mon âme qui a été broyée.
Aujourd'hui, un homme est mort, lequel avait si prodigieusement traité sa femme. C'est pourquoi j'ai des regrets de n'avoir pas su très tôt que je mérite un traitement correct. Je liais cela au statut social, aux conditions matérielles, au niveau d'éducation, à l'aspect culturel. Et je me trompais car tout être humain a droit à la considération et au respect.

Posté par iliadelle à 23:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2019

Une année s'achève

La transition entre une année qui s'achève et une nouvelle qui débute me laisse partiellement indifférente.
Je n'ai éprouvé ni l'envie de la fêter ni le désir de faire un acte spécial pour marquer ce passage.
La raison en est que j'ai perdu le goût de me réjouir des événements après toutes les années obscures de 
ma vie où j'ai fourni des efforts surhumains pour donner l'apparence du bonheur au monde extérieur: 
aux proches, à l'entourage et mêmes aux étrangers...
Je faisais défiler les fêtes d'anniversaires, les réveillons, les fêtes tout court ...sous des dehors de bonheur
alors que la tristesse, la colère et le désarroi parlaient en silence sur mon visage. Et à chaque occasion, 
une scène semblable aux autres se trimait la veille ou le matin du jour même pour me briser, pour me 
décourager, pour empoisonner les meilleurs jours d'une vie...Et je subissais, et je me taisais, et je faisais 
semblant d'être la plus heureuse femme.
La volonté de faire semblant, je m'en suis défaite depuis que j'ai réalisé ce dont j'étais victime. Le jour 
où j'ai pu nommer l'absurde, l'indicible, j'ai appris à choisir, entre faire ou ne pas faire. Et j'ai mis fin au simulacre,
à la comédie dramatique de mes plus beaux jours.
Je n'ai donc pas fêté 2019 car je suis triste et désolée de faire encore preuve de pression physique sur un corps 
qui m'appartient. Je n'ai plus la volonté de subir alors je me suis rigidifié, moi qui fut la plus sensuelle des femmes,
je me suis pétrifiée, j'ai mis en attente mes désirs car je suis en ce moment dégoûtée du désir de l'autre.

Posté par iliadelle à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]