J’étais belle et menue et ton amour m’avait embellie.

J’avais un air désabusé mais j’aimais la vie.

Aujourd’hui, j’ai changé et la passion s’est évaporée.

J’ai quitté ma carapace et la douleur m’a libérée.

Libre de vivre et de respirer, je sens le temps tel qu’il se suit

Mes phrases se sont écourtées et la pensée créatrice m’a fuit.

Je t’avais aimé d’un amour infini

Je le ressens à présent dans le déni.

J’ai pris des ans et l’âge m’a réconciliée

Avec mes insuffisances et les limites qui se sont imposées

L’amour a cessé de s’offrir en allié

Et je laisse couler les années.