images

Oublier pour ne plus se souvenir
Oublier jusqu’au rappel de l’ampleur du souvenir
Attachée à moi et partie emportée avec le courant
A toi, j’étais attachée pourtant.
Rosée de mes nuits sombres
J’avais vécu dans ton ombre
Tu as creusé le vide du départ

Tu existes quelque part
Pardonne ma faiblesse
Accepte ma tristesse
Donne-moi le droit d’exister
Et laisse- moi ma réalité
Je te remercie d’avoir veillé sur moi
J’étais en manque sans toi
A présent, je dois diriger mon regard vers mon cœur
Et cesser de te chercher autour
Mon premier deuil, mon premier drame
Je m’en vais me compléter en tant que femme.