Parce que ma déception est totale, je me suis retirée de la scène, je me suis repliée sur moi-même, je me suis enfermée à double tour, je me suis tue...
J'ai affronté mes remords bien entendu, ceux qui me disent que je ne suis pas une bonne personne puisque j'ai révélé ma méchanceté, certes légitime.
Depuis que j'ai compris qui je suis, je réalise que c'est tout précisément mon tempérament qui me fait souffrir autant, j'ai beau comprendre, je ne parviens pas encore à accepter ma différence, à admettre mon hypersensibilité.
Ma tristesse se creuse au fil du temps et deviens plus profonde chaque jour. À quand remonte-t-elle ? À la nuit des temps, au temps où le Nord est devenu Sud et cet environnement si fade.
Je sais que depuis que je suis partie de là bas, rien n'a plus le même goût, comme si j'avais perdu ma boussole et que j'ecrase mon cœur afin qu'il accepte ce qui est lourd à porter.