Je me suis réveillée dans la solitude. J'ai pris un bain. J'ai pris mon petit déjeuner pour garder des forces et je me suis questionnée sur le rapport aux proches. Aucune veine n'a vibré en moi. Une froideur inexpliquée m'a envahie et j'ai pensé au temps d'autrefois où seul le besoin les ramenait vers moi. Je ne suis à leur conscience qu'une ''résolveuse'' de soucis.
On ne vient plus manger et déposer la négativité pour une multitude de raisons. D'abord, parce que j'ai compris l'enjeu et j'ai cessé de m'enthousiasmer ou de déployer des efforts...
Pour résumer, je ne cherche plus à comprendre. J'opte pour la solitude qui m'apaise loin de la pollution de certains gens.
C'est peut-être mieux ainsi.