Le temps tourne comme une ronde et j'observe
Le même masque et son visage
La même ombre obscure qui se projette
Sur ma face angélique
Et mon coeur se demande
Pourquoi cet air belliqueux envers le monde et les êtres
Et ma tête se repose 
Sur l'espoir d'un départ 
D'un renouveau d'une vie si longuement ressassée
Je partirai vers la paix et la joie 
Je m'en irai vers l'insouciance et la foi
Je dresserai une muraille impénétrable entre l'absurde et moi
Je placerai la mer entre la laideur de l'âme et mon esprit si enclin
A la beauté, à la vérité, à la douceur, à la candeur...