Je dors pour oublier les gens qu'on blesse, ceux qu'on rabaisse, les gens qu'on dresse en guise de pont pour traverser.
Je dors pour oublier que la domination se colporte de poste en poste, de terre en terre.
Je dors pour oublier cette sensation d'être mal née, d'avoir un son qui dépasse toute parole, d'avoir une âme qui s'envole et qui souffre d'un être mal placé, voir déplacée.