L'angoisse revient malgré l'action

Elle fait mal au creux du tronc

Elle rétrécit la gorge, assombrit les yeux 

Elle laisse une impression d'impuissance face à tout ce qui est possible 

Elle envoie des signaux d'alarme pour dire que la pente est raide et les semelles glissantes 

Elle punit l'innocence, chatit l'incapacité 

Elle pose des questions sans réponse

Elle n'est ni blanche, ni noire mais teinte d'un gris qui ne reconnaît pas son nom

Elle rappelle les barrières protectrices qui n'existent plus et montre le risque de la chute, une chute au fond de l'indicible destin 

L'angoisse assassine la vie, réprime les actions, dit haut ce que d'autres pensent très bas. 

Elle est franche, sincère et claire

Sa seule raison est de pétrifier la vie

Je la vois, je la sens au fond de moi comme un cauchemar qui revient se mêler au temps, rappeler la peur du lendemain, la crainte du présent et les larmes du passé